Fiche Pays Afrique du Sud

L'Afrique du Sud

Intitulé officiel du pays : Afrique du Sud
Capitale : Pretoria
Superficie : 1.2 millions km²
Population : 48.8 millions d'habitants
Peuples et ethnies : L’Afrique du Sud est connue pour sa mosaïque ethnique qui s’est constituée au gré de son histoire mouvementée, voici les principaux peuples du pays. Les Africains : la population noire constitue près de 80% de tous les sud Africains, les sous catégories sont les ethnies Zoulou, Ndebele, Nguni pour ne citer que les principales Les blancs (9% de la population) sont essentiellement les descendants des colons Hollandais ou Britanniques. Enfin, les métis et les Asiatiques, qui se composent de 98% d’Indiens.
Langues : 11 langues officielles dont : Anglais, Afrikaans, Ndebele,…
Religions : La vie quotidienne est rythmée par les croyances très présentes dans cette société. 80% de la population est chrétienne (une grande partie appartient à l’église réformé d’Hollande), 15% se disent athées et les juifs ou musulmans comptent pour environ 6% de la population.
Institutions politiques : L’Afrique du Sud est une république parlementaire, le président remplit les fonctions de chef d’Etat et de chef du gouvernement est celui-ci est élu par un parlement. Depuis la fin de l’apartheid, c’est l’ANC qui est au pouvoir (Congrès National Africain), parti qui a été crée pour défendre les intérêts de la majorité noire contre la domination blanche, et qui fut au centre de la lutte contre l’Apartheid.
Président de la République : Jacob Zuma


Histoire de l'Afrique du Sud

Les premiers habitants

Il semble que les San eurent occupés la pointe de l’Afrique Australe depuis 25 000 voir 40 000 ans, des peintures rupestres découvertes près de Sterkfontein attestent de la présence de ce peuple de chasseurs cueilleurs. Cette civilisation, l’une des plus anciennes du monde se compose aujourd’hui de petits groupes disséminés dans le pays, ainsi qu’au Botswana par exemple.
De nouvelles peuplades sont apparues vers le début du VIème siècle de notre ère, ces tribus de langue Bantoue ont émigré depuis la région du delta du Niger en Afrique de l’Ouest pour s’installer historiquement au Kwazulu Natal. Ils sont à l’origine des différentes ethnies que l’on trouve aujourd’hui et les Sud Africains descendent donc pour la plupart de ces individus.


L’arrivée des occidentaux

Ce sont les portugais qui aperçurent les premiers la côte Sud Africaine, son célèbre navigateur Bartolomeu Dias imagina en 1487 le nom de Cap de Bonne Espérance, en passant ce massif rocheux où sévissait de furieuses tempêtes. Vasco de Gama suivit ses traces en 1497, mais les portugais étaient beaucoup plus intéressés par les Indes Orientales, et par les magnifiques plages du Mozambique, points de départ vers de légendaires gisements d’Or…
Les Hollandais fondèrent au Cap le premier port de ravitaillement vers les Indes, en 1652, date qui marqua la présence définitive des Européens dans ce pays.
En 1806, les Néerlandais cèdent définitivement la place aux Britanniques qui deviennent la nouvelle puissance coloniale. Dès lors, les conflits s’accentuent entre les vaillants Zoulous et les Boers (fermiers franco hollandais) qui migrent hors du cap pour échapper à l’ordre britannique.


L’Union Africaine autonome

C’est en 1910 qu’est créée l’Union Sud Africaine, le territoire reste britannique mais autonome, le Lesotho et le Swaziland demeurent sous protectorat britannique, l’anglais et le néerlandais deviennent les langues officielles. Les noirs sont exclus du droit de vote, prémices à l’institutionnalisation des discriminations envers la communauté noire, un processus qui va marquer profondément cette Afrique du Sud contemporaine.


L’apartheid

Des 1948, le NP (National party) fait campagne pour sa politique d’apartheid («Séparation » en Afrikaans), élection qu’il remporta grâce à une coalition avec le parti ultra nationaliste Afrikaan party. Des lois discriminatoires sont légiférées : mariages mixtes et relations sexuelles interraciales interdites, chaque individu est classé selon sa race. Les non blancs son écartés vers les townships, tout était sujet à stigmatisation : écoles, hôpitaux, bus, bancs publics séparés…
Devant ses injustices, l’ANC (African national Congress), crée en 1912, s’engage dans un activisme pacifique en premier lieu, organisant des grèves, des désobéissances civiles et des marches de protestation qui furent parfois durement réprimées. Après une escalade des violences engrainée par le régime, l’ANC et le PAC (Panafrican Congress, une version moins « modérée » de l’ANC) sont classées comme organisations clandestines dès les années 1960. Ils montent alors des opérations de sabotage avec des groupes clandestins armés, mais en 1964, Nelson Mandela est les principaux dirigeants sont arrêtés et condamnés à la prison à perpétuité.

S’en suit une période sombre pour le pays, les lois raciales se durcissent et les noirs sont de plus en plus ghettoïsés et soumis à un régime fanatique et autoritaire. Les étudiants noirs poursuivent tout de même la lutte et prennent clandestinement les armes, prônant la lutte révolutionnaire contre l’Apartheid. Bientôt, le régime Afrikaner est condamné par la communauté internationale qui impose un embargo au pays, mais au lieu d’en pâtir, le gouvernement réussit à entretenir une armée et continue à refuser les négociations. Le régime s’isole dans sa paranoïa, se positionnant comme le dernier bastion en Afrique contre le communisme, l’athéisme et l’anarchie noire.
C’est seulement au début des années 80, voyant que la population blanche diminuait, que les premières réformes d’assouplissement des lois sont votées. Mais les tensions se durcissent tout de même et le pays sombre dans la violence et la crise économique. En 1990, Mandela est libéré, en 1991, l’Apartheid tombe pour de bon, une nouvelle constitution est alors crée en collaboration avec l’ANC et le PAC. Une commission « Vérité et réconciliation » est également créée pour dénoncer les crimes de l’apartheid et œuvrer pour une coopération pacifique entre les différentes communautés.


Géographie de l'Afrique du Sud

2.2 fois plus grande que la France, l'Afrique du Sud est située à l'extrême sud du continent africain. Son climat est de type méditerranéen autour du cap, tropical dans le nord, aride sur le littoral atlantique et avec des masses d’air humides sur la côte Est. Ces variations de climat font de l’Afrique du Sud une terre de contrastes, l’Est du pays est traversé par la chaîne montagneuse du Drakensberg, un milieu propice à la randonnée, mais elle offre aussi un splendide littoral luxuriant avec une faune aquatique riche. Ses habitats naturelles sont d’un grand intérêt pour le safari, car faciles d’accès et riches en animaux de toutes sortes (abritant notamment les « big five » : l'éléphant, le rhinocéros, le lion, le léopard et le buffle). Les principales villes du pays sont Johannesburg, Cape Town, et la capitale Pretoria.


Economie de l'Afrique du Sud

L’Afrique du Sud constitue la superpuissance du continent avec la 17e bourse mondiale. Son PIB se répartit comme suit : agriculture 10%, industrie 25%, services 65%. On peut lister dans ses principaux secteurs d’activités : l’exploitation de minerai (platine, or, diamant principalement) et l’agriculture qui représentent à eux deux, le tiers du PIB. Sa croissance était de 4.6% début 2010, ce qui confirme son redémarrage économique après avoir été durement impacté par la crise. C’est une société très inégalitaire dans sa répartition des richesses, le chiffre officiel du chômage est de 25% alors qu’en réalité, il atteint plutôt 40% et touche essentiellement la population noire et les femmes. En effet, les séquelles de l’apartheid sont toujours là, comme les discriminations envers les noires ce qui nourrit des tensions interraciales pesantes pour cette société. Le pays se place 125e au classement IDH.


t

150

créateurs de voyages

r

17331

avis de voyageurs

d

Garantie

Capital 7,7m€ & Assurance 8m€

Paiement Sécurisé

o

1500

suggestions d'itinéraires 100% personnalisables

U

114384

voyageurs nous ont fait confiance

Haut